Lettre ouverte à Aliénor de Lerette

Ma très très très chère Sœur que j’adore de tout mon cœur,

te souviens-tu de cette jupe dont je t’ai montré le patron Burda en t’écrivant qu’elle serait PAR-FAI-TE pour toi, qu’elle était TOUT CE DONT TU RÊÊÊÊÊÊÊVES, et pour laquelle tu as débordé d’enthousiasme ? Celle qui, par sa longueur serait IDÉAAAAALE pour ce début d’été encore un peu frais où les jambes sont encore un peu trop blanches pour oser les montrer ? Celle-là même que j’avais dit que je te ferais ?

Hé bien : elle est faite ! Seulement… voilà… elle est pour moi !

Non mais attend, je te rassure : je vais t’en faire une aussi bien sûr. Mais il fallait bien un brouillon, pour vérifier qu’effectivement, elle n’avait rien de très compliqué (c’est tout de même ma première jupe avec des poches), et qu’elle était magnifique (sur moi).

C’est pas pour te faire pâlir d’envie mais il faut bien que je mette les photos, n’est-ce pas ? On ne verrait pas bien l’intérêt sinon…

Donc c’est une jupe bleue marine, et le tissu est très spécial (voir dernière photo) : il est pré-plissé et brodé de fleurs tons sur tons. En vrai, c’est très joli mais là sur la photo, on dirait juste que c’est très froissé…

 

Oui… finalement… je capitule : je mets la tête, c’est quand même moins bizarre.

Ah… Ah… Vous avez vu ? ça n’échappera à personne :

Et oui ! La ceinture est dans mon tissu Vieux Luxembourg ! Celui de l’ensemble Vieux Luxembourg !

Pour les cheveux*, c’est shampoing Klorane orange (celui à la mangue) + une noisette d’Huile Merveilleuse de l’Oréal. On dirait que ça marche bien. En tous cas, c’est top niveau démêlage !

*oui pourquoi pas, il y en a bien qui disent d’où viennent leur chaussure mais moi j’en suis bien incapable.

4 thoughts on “Lettre ouverte à Aliénor de Lerette

  1. Réponse ouverte à Chez Louise

    Chez euh… chère Louise,

    Ma réponse sera brève ; elle tient en cinq mots : cette jupe est à moi.
    Elle me revient de droit ! C’est mon enthousiasme sans borne qui a porté ce projet, qui a mis le fil dans l’aiguille, qui t’a inspirée la ceinture magnifique en vieux lux’, qui t’a fait choisir un tissu à la fois léger et subtil et qui ne révèle pas d’emblée ses motifs !

    Cependant, comme tu as le haut qui va avec la jupe (et que ce haut ne me revient pas de droit, tu auras noté, j’espère, l’absence de toute mauvaise foi de ma part et la volonté de conciliation soeurternelle), j’ai une proposition honnête à te faire : deux jupes. Tu me fais deux jupes, pour essuyer (essayer d’essuyer), cet affront. Deux jupes aussi magnifiques et c’est oublié !

    Deal ?

    Aliénor de Lerette (amoindrie par le chagrin, ravagée par le dépit, mais confiante dans la possibilité potentielle d’un accord probable)

  2. Oui, moi je suis capable de dire que mes chaussures sont des Church qui viennent d’Angleterre ! Pour le cirage, là je ne sais pas.

    Un mot pour l’Aliénor de Lerette : le style Vieux Luxembourg me revient !

    Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>