0

Le pantalon slim Super Hiver

Chez Louise Slim Super hiver

Quand il fait froid, vraiment froid, très très froid, je suis obligée de mettre des leggings sous mes pantalons pour éviter à ma peau de brûler. C’est un comble. Alors j’ai décidé de me faire un pantalon slim chaud, très chaud,. J’ai farfouillé dans ma collection de Burda et celui de décembre 2015 proposait un patron comme il…
Continue reading »

1

La petite robe noire (et blanche ?)

Chez Louise Mini-robe noire et blanc

Une petite robe noire, oui ! Dans leur article précédent, Super-Louise et moi-même vous dévoilions notre mini-robe cuivre et noire, élaborée à partir de notre patron de base. J’en étais fraîchement satisfaite. Super-Louise pensait que le résultat pouvait être amélioré* : il faudrait qu’elle soit un peu plus longue et que l’encolure soit entoilée. Avec un tissu plus…
Continue reading »

4

Pototo !

Et voilà le manteau de soeurette, soeurette qui, à l’heure d’apprendre à parler, répétait joyeusement :

– ma mère : MA-MAN
– ma soeur : MA-MAN
– ma mère : TO-TO
– ma soeur : TO-TO
– ma mère : MAN-TEAU
– ma soeur : POTOTO !

On a des cassettes audios pour le prouver à ceux qui auraient encore des lecteurs de cassettes audios…

Et donc maintenant qu’elle est grande et qu’elle sait le dire, elle a le droit à un MAN-TEAU (Pototo !). Mon premier MAN-TEAU (Pototo !).

Autant ne rien vous cacher : j’en ai bavé. Et puis je ne sais pas où est passée Super-Louise ; je crois qu’elle hiberne. J’ai passé tellement de temps à coudre et à découdre que j’ai l’impression de l’avoir fait deux fois. J’ai brûlé une poche au fer aussi, c’est plus drôle tout de suite. Mais il lui va et il est beau le manteau (pototo !). Quelques détails :

Il est fait en laine à chevron noire et blanche, d’une doublure satinée grise foncée à pois blancs (non, je ne suis pas mono-maniaque des pois) et, le petit détail qui tue : la dentelle au bord de la poche passepoilée (cor’une !!!! Colette va faire de moi une championne !).

Il est issu du modèle japonais « Y » dans l’Élégance du noir qui, comme vous pouvez le constater, est asymétrique, au col notamment.

Bien sûr il est court. D’ailleurs, on appelle ça une veste… mais vous n’auriez jamais connu l’histoire du manteau (pototo !).

2

Chouchouuuuuu

Chouchou l’était bien malheureuse. Et elle avait de quoi. Elle est née 6 jours après la sœur de la Louise. Du coup, la Louise, elle se donnait à fond pour l’anniversaire de sœurette et pis au moment de l’anniversaire de Chouchou, elle manquait d’énergie pour se lancer dans une nouvelle galère aventure…

Mais cette année, Chouchou s’était dit : je vais mettre le paquet. Et à l’anniversaire de sœurette, elle a transmis moultes félicitations à la Louise qui, très flattée, a pensé que vraiment, il était grand temps de rendre justice à la Chouchou et de lui faire profiter de ses grands admirables incroyables modestes talents.

Et v’là t’y pas (c’t’une expression bein d’chez nous ça !) que le Burda du mois de Novembre arrive à ce moment là. Et v’là t’y pas qu’il renferme un trésor : LA jupe de Chouchou ! Une jupe maxi, sans fioriture, sans volant, pas moulante : LA jupe de Chouchou (je répète au cas où il y en aurait au fonds qui se seraient endormis) !

Bien sûr, j’ai attendu qu’il fasse bien nuit et qu’on n’y voie absolument plus rien pour faire des photos… Mais je crois qu’on arrive quand même – bon, il faut peut-être le savoir – à voir le pli de devant. Et là, c’est mieux ? :

 

Ou là ?

En tous cas, Chouchou était contente et ça lui fait un joli derrière (oui oui, ils ont été nombreux à le préciser !).

Comme vous le remarquerez, c’est très sobre : un drap de laine noir. Du coup, j’ai ajouté mon petit détail qui tue… mais je n’ai pas de photo correcte à montrer.

Pas de complication majeure en ce qui concerne la confection, à part que je pensais que le patron commençait, comme à mon habitude, à la taille 36 et que j’ai joyeusement commencé à découper la deuxième taille en pensant que c’était du 38. Mais c’était une taille au dessous. Heureusement, il n’était pas trop tard. Et aussi : mon thermocollant ne colle pas… allez savoir pourquoi (et ne me dites pas que c’est parce que je l’ai mis à l’envers parce que dans ce cas, ça collerait sur le fer), mais tout de suite, c’est plus compliqué.

À venir : le cadeau de la sœurette ! (Oui parce qu’il y en a qui se disent : elle n’en glande pas une, elle ne poste jamais rien ;  détrompez-vous : c’est ceux qui en parlent le moins qui en font le plus et je n’ai d’ailleurs rien à ajouter).